Historique

Cela fait plus de vingt-cinq ans que Netwerk Vlaanderen porte un regard critique sur l'argent. L'organisation est née suite à un appel lancé dans le programme de télévision “Ommekaar”. Peu de temps après, le réseau de financement pour des initiatives novatrices en Flandre était un fait. En 2008, Netwerk Vlaanderen s'est transformé en organisation. Tant au niveau national qu'international, elle pousse le public à agir pour utiliser son argent d'une manière favorable à l'homme et à l'environnement. Netwerk Vlaanderen a pour objectif le développement d'une société équitable et juste.

Les débuts

En 1982, la BRT a consacré un numéro du programme de télévision ‘Ommekaar’ au Netzwerk Selbsthilfe Berlin. Des organisations qui ne parvenaient pas à emprunter de l'argent à la banque en raison de leur vision critique de la société et de leur caractère novateur pouvaient trouver une solution à leur problème en faisant appel à Netzwerk Selbsthilfe Berlin. L'émission s'est clôturée par un appel à lancer des initiatives comparables dans la région. Quelques personnes enthousiastes ont saisi leur chance et, peu de temps après, Netwerk Zelfhulp Vlaanderen, aujourd'hui Netwerk Vlaanderen, était un fait.

De l'argent pour des activités novatrices

Lorsque les possibilités de subsides étaient épuisées et en l'absence de revenus, les organisations pouvaient toujours s'adresser à Netwerk Vlaanderen. Netwerk fournissait des prêts et des dons pour des initiatives sociales et écologiques. Il s'agissait de projets donc l'objectif principal n'était pas le profit maximal mais qui contribuaient à une société meilleure. Pour la première fois, une autre approche de l'argent était mise en pratique en Flandre.

En 1990, la première agence bancaire éthique a ouvert ses portes en Belgique : le bureau CGER de Netwerk. Cette banque plaçait toute l'épargne des clients de manière éthique. L'agence a également développé des produits durables spécifiques, comme l'épargne Cigale. Ce produit commun de la CGER (plus tard Fortis) et de Netwerk a fourni un soutien financier à des projets sociaux et écologiques.

Les bénévoles ont donné une visibilité importante à Netwerk Vlaanderen dans la région. Ils ont traité et évalué les demandes locales de crédit et ont assuré la promotion de l'épargne Cigale.

Après des discussions poussées sur l'avenir de Netwerk Vlaanderen, l'Assemblée générale de 1995 a décidé de changer le cap de l'institution financière, qui avait connu entretemps une forte croissance. Netwerk allait devenir un mouvement posant des questions critiques sur le rôle de l'argent dans la société.

Lancement de la campagne sur l'armement

En 2003, Netwerk Vlaanderen a publié son premier dossier, consacré aux banques et à leurs investissements dans l'industrie de l'armement. Non seulement la campagne se basait sur des investigations poussées, mais elle s'accompagnait d'actions ludiques, d'interventions artistiques et de l'organisation de débats et de formations. La campagne fut baptisée 'Mon argent. Sans scrupules ?”. Outre la politique des banques, le rôle et le pouvoir des clients des banques y occupaient une place centrale.

L'année 2004 a vu la naissance de Netwerk Rentevrij, une société créée à l'initiative de Netwerk Vlaanderen, du Kringloopfonds et de Ethias avec pour objectif de donner une chance honnête à des initiatives sociales et d'accorder des prêts sans intérêts à des organisations en phase de lancement ou d'élargissement.

En 2005, la campagne a pris un nouvel envol en se concentrant également, outre le financement des armes, sur les investissements dans des activités entraînant des violation graves des droits humains. ACE bank a même apporté une célébrité internationale à la campagne. Cette banque fictive a ouvert son bureau à Bruxelles et se disait prête à tout pour des profits démesurés. ACE bank pratiquait une transparence totale quant à ses placements dans l'industrie de l'armement ou dans des entreprises portant atteinte à l'environnement. Pendant un certain temps, presse, public et monde financier ont vraiment cru à son existence avant que Netwerk Vlaanderen avoue se cacher derrière cette comédie.

En 2007, Netwerk Vlaanderen a lancé le site internet interactif www.banksecrets.eu. Sur ce site, les flux financiers controversés sont visibles sur une carte du monde, mettant en lumière un certain nombre d'investissements controversés de ABN Amro, AXA, Citibank, Deutsche Bank, Dexia, ING et KBC.

En 2008, Netwerk continue à mettre les banques sous pression avec sa campagne, avec un glissement de l'attention des “placements durables” vers “l'épargne et les investissements durables”. Netwerk Vlaanderen veut tout d'abord favoriser les investissements dans des initiatives à petite échelle parce que, de manière générale, de telles initiatives obtiennent moins facilement de l'argent que des entreprises cotées en bourse. Netwerk Vlaanderen étudie également les investissements pour et par les pouvoirs publics en matière d'efficacité énergétique et d'énergies renouvelables.